Paul Meurice

Paul Meurice né à Paris en 1818, fréquente assidûment à partir de 1836 la famille Hugo, qui le reçoit dans son appartement de la place des Vosges.

Romancier et auteur dramatique prolifique, Paul Meurice fournit aux théâtres, pendant le second Empire, une nouvelle pièce presque tous les ans – Benvenuto Cellini (1852), Schamyl (1854), La Famille Aubry (1857), Fanfan la Tulipe (1858), Le Maître d’école (1858), François-les-bas-bleus (1863),… Il collabora, au début de sa carrière, avec Théophile Gautier et Auguste Vacquerie (Falstaff en 1842) et avec Vacquerie de nouveau en 1844 (Antigone).

Une adaptation de Hamlet (1847) fut représentée sous le seul nom d’Alexandre Dumas avec qui la collaboration sera longue et fructueuse. Plus tard il collaborera avec George Sand (Le Drac). Ses romans, dont les trois premiers furent commandés par Dumas, parurent d’abord en feuilleton dans les journaux.

Son activité de journaliste commença en 1842 par un article sur Le Rhin de Victor Hugo. En 1848, il fut le gérant et rédacteur en chef de l’Événement, journal inspiré par Victor Hugo et rédigé principalement par ses fils et Auguste Vacquerie. Il sera lui-même fondateur et rédacteur, en 1869, du Rappel avec les mêmes.

Après le coup d’État du 2 décembre 1851 qui exila Victor Hugo de la France, Paul Meurice fut son homme à Paris, l’ami dévoué qui s’occupa des affaires personnelles et des publications des œuvres du poète. Nommé par testament exécuteur littéraire de Hugo, avec A. Vacquerie et E. Lefèvre, il se chargea de la publication de ses œuvres inédites et entreprit, en 1904, le monumentale édition dite « de l’Imprimerie nationale » (Paul Ollendorff puis Albin Michel éditeurs, 45 volumes) des Œuvres complètes de Victor Hugo.

En 1902, année du centenaire de la naissance de Victor Hugo, ce musée fut crée grâce à son initiative. Il fit don à la Ville de Paris d’un grand fonds de dessins, de livres, de meubles et autres objets et commanda des œuvres à de nombreux artistes contemporains. L’inauguration eut lieu le 30 juin 1903. Il meurt à Paris deux ans plus tard.

Share Button

Reponse

  1. merci de votre cite, tres bien fait

    mirja barbey-lallia says:

Poster un avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *