Discours de la commémoration du 8 mai 2019

9 jours après

9 jours après c’est le titre d’un livre que nos amis anglais d’Alfriston ont réalisé sous l’égide de June Goodfield.

9 jours après le catastrophique embarquement de Dunkerque la ville ayant capitulée le 4 juin 1940.

Le lendemain les troupes allemandes attaquèrent la 10ème armée française sur les rives droites de la Somme, dès le 1er jour notre ligne de front fut rompue. Les Allemands poussèrent devant elles les troupes françaises qui firent retraite sur la rive gauche de la Bresle.

Devant le repli irrévocable des troupes françaises et britanniques fut constitué une unité indépendante et devaient le détachement de l’armée de l’ouest. Elle comprenait le 9ème corps d’armée, la 51ème division des Highlands et les débris de deux autres divisions françaises de cavalerie légère soit en tout 50 000 hommes environ.

Le 7 juin des avions allemands bombardèrent Saint Valéry pour la 1ère fois et fit 2 morts parmi les civils.

Les habitants par tous moyens fuirent la région, c’était l’exode.

Le dimanche 9 juin la TSF apprend aux habitants rentrés sur place que les troupes alliées ont cédé dans la région de Rouen et de Forges les Eaux. C’est la 5ème division de Panzer qui commence son avancée vers Dieppe et Veules Les Roses.

Le lundi 10 juin 1940 à l’aube de la 5ème division de Panzer du général Allemand VON HARTLIEB et la 7ème Panzer de Rommel partent de la région rouennaise pour couper la route des troupes du général britannique Fortune et le général français Ihler. La 5ème Panzer se dirige sur une ligne Tôtes – Dieppe et la 7ème Panzer sur la ligne Yvetot – Saint Valery.

Les troupes françaises et britanniques n’ont qu’un but, gagner le Havre afin d’embarquer vers l’Angleterre.

Rommel rencontrant pas ou peu de résistance se dirigea vers les Petites Dalles à la vitesse de 40 à 65 kms heures.

« Nous mîmes pied à terre et descendîmes sur  la plage de galets vers le bord de l’eau jusqu’à ce que les vagues vinssent se briser sur nos bottes. Nous avions accompli notre mission et fermé à l’ennemi la route vers le Havre et Fécamp ».

Le 10 juin 1940 la route du Havre était coupée pour la 9ème armée du Général Ihler et celle de la 51ème HD du Général Fortune.

Le général Fortune informe la marine britannique que le repli sur le Havre est désormais impossible et les navires prévus pour l’embarquement doivent être envoyé su Saint Valery en Caux, le seul petit port de pêche où c’est désormais possible d’embarquer.

Le mardi 11 juin le survol des Stukas, les passages des convois écossais et l’afflux des soldats français débraillés, fatigués manifestaient les réalités d’une défaite.

Il faut signaler la dure résistance du 51 HD écossais et plus particulièrement les Seaforth Highlanders qui avaient cette tradition qui consistait à se battre jusqu’à la MORT.

La pression devient trop forte sur les navires britanniques au large de Saint Valery et ceux-ci décident de s’éloigner de la côte de façon à ne plus être atteint par l’artillerie allemande.

Quelques soldats embarquent du port de Saint Valery avant que la 7ème Panzer bombarde intensément la ville.

A Veules c’est le lieutenant-colonel Reboul qui commande l’ensemble de la défense de la ville.

Dans la nuit du 11 au 12 juin, les navires suivants partent du Havre : le Cérons, le Patrie, le Lucien Goupy, le Penestin, Cap d’Antifer, Caporal Peugeot, Oranaise, Henriette, André Louis, Gaston Rivier, Sauterne, Louise Marie en plus de nombreux chalutiers en bois que l’on retrouva sur Veules. Saint Valery est en feu, les troupes se dirigent vers Veules certains tentent de descendre la falaise avec des ceinturons attachés l’un à l’autre, des chutes et des morts s’ensuivent.

Des chalutiers belges participent à l’embarquement.

Des milliers d’hommes se retrouvent sur la plage de Veules. Les navires mentionnés embarqueront quelques milliers d’hommes, 3000 – 5000 on ne sait pas exactement. Le Cérons embarque le plus d’hommes possible mais la marée descendante, il s’échoue sur un banc de cailloux et Rommel le coule du haut de la falaise d’amont où se trouve le mémorial.

Honneur à nos soldats français et britanniques qui combattirent jusqu’à l’extrême, honneur à la population veulaise qui perdit 9 de ces habitants sous les bombardements allemands. On déplorait 6000 soldats britanniques et 40 000 soldats français prisonniers des allemands, c’était le 9ème jour après Dunkerque.

Ces prisonniers partirent à pied, sans approvisionnement, sans repas sauf dans les villages qu’ils traversaient, la population compatissante leur donnait quelques morceaux de pain. Ils traversèrent le nord de la France, la Belgique, la Hollande et enfin l’Allemagne.

N’oublions jamais le sacrifice de ces hommes.

Vive la France

Vive l’Europe

Vive la Paix

Share Button